Récit Costa Rica 2 - Suivez les 3 M, une famille en vadrouille

Aller au contenu

Menu principal :

Voyages > Costa Rica 2006
 
 

15 Mars
Manuel Antonio, Orosi


Réveil surprise ave la disparition d'une paire de baskets laissées dans l'avancée de notre tente. Heureusement, elles ne valaient rien et puis il lui reste les chaussures de marche. Alors va pour le Parc Manuel Antonio.

Les paysages et les plages sont superbes, mêmes s'il fait vraiment trop chaud à notre goût. Par chance, des douches sommaires sont disposées près de chaque plage et nous y passons la tête et le cou avec bonheur. Nous nous éloignons du monde en prenant le sentier Punta Catedral.

Après une heure de balade, où nous apercevons des centaines de crabes bleus énormes, nous rencontrons une vingtaine de capucins à têtes blanches. Ils nous tournent autour, et on a l'impression qu'ils ne nous voient pas. Ils courent, jouent et grignotent tout autour de nous, passant même à nos pieds sans s'en soucier. Nous resterons à peu près 15 minutes, debout sans bouger, suant à grosses gouttes dans cette moiteur tropicale, à les admirer, sans que personnes d'autre de viennent déranger cette cohabitation inattendue. Les singes s'éloignent et nous continuons le chemin jusqu'à la plage suivante.

Nous prenons ensuite le sentier qui mène au point de vue sur Playa Escondido. Bien que le sentier soit court, la montée sous cette chaleur torride nous fait souffrir et nous ne sommes pas mécontents d'arriver au bout. Gé me regarde en rigolant, je suis toute rouge de fatigue. Mais lui n'est pas mal non plus… La vue est vraiment très belle, digne d'un paysage de carte postale. La descente est beaucoup plus agréable et nous encourageons les pauvres qui sont en montée. Pour nous rafraîchir, encore une petite douche avant de sortir du parc.

Il est temps de reprendre la route car celle-ci s'annonce longue cet après-midi. Nous voulons en effet nous rapprocher du volcan Irazu, de l'autre côté des montagnes. Alors direction Orosi !
Cette après-midi sera l'occasion de visiter deux sites anciens, ce qui est rare, tout étant détruit par les tremblements de terre. Nous découvrons donc la cathédrale de Cartago et la petite église d'Orosi la plus ancienne encore en service (1743). Orosi n'est vraiment pas touristique, nous avons même du mal à trouver un soda. Nous mangeons au seul lieu ouvert, un soda qui semble tout faire : resto, bar, discothèque… tout ça dans 80 m²!

 
 

16 Mars
Volcan Irazu

Nous nous levons sous les nuages, ce qui nous inquiète un peu pour monter au Volcan Irazu. Mais en court de route, le ciel se dégage et plus montons, plus il fait beau !

L'accès au site est encore fermé, il n'est pas encore 8 heures. Un vent froid nous oblige à revêtir nos K-way. 10 minutes après, nous accédons au parking. Le cratère et sa magnifique couleur verte nous accueillent. Le panorama est superbe et nous ne nous lassons pas d'admirer le lac coloré. Le site est très petit, d'autant plus que le second sentier approchant la lèvre des cratères est fermé.

Nous montons alors jusqu'à l'antenne de télé où la vue intègre les 2 cratères de l'Irazu. Puis nous quittons la montagne.
La descente a pour objectif la côte caraïbe. Le trajet nous fait traverser le petit village de Turrialba, entouré de paysages magnifiques de montagnes, forêts et rivières. La vie y a l'air si douce ici, à l'écart du tourisme.

Changement de décor quand nous rejoignons la Highway 32, droite et pleine de camions. Plus nous approchons de Puerto Limon, plus les containers se font nombreux en bordure de mer. Le grand port de commerce n'est pas loin et les camions chargés arrivent et repartent sans arrêt.
Nous ne nous éternisons pas ici, il y a trop d'agitation à notre goût. Nous continuons donc la route, assez abîmée quand même, vers Cahuita. Nous suivons la côte jusqu'au petit village, dont l'ambiance nous ravit dès notre arrivée.

Nous passons la suite de l'après-midi à flâner dans les rues, où nous rencontrons l'animateur du village, qui a installé des enceintes en dehors de son magasin et qui s'évertue à parler, parler, parler, très vite pour animer le coin, entre 2 disques de reggae.  On est sur une autre planète, vraiment la vie sans souci. Evidemment, les apparences cachent certainement la pauvreté et d'autres problèmes, mais ce pays offre vraiment une atmosphère détendue.

 
 

17 Mars
Cahuita

Ce matin grasse mat' jusqu'à 7h30. Il faut dire qu'à 4h00, nous avons dû nous lever rapidement, quelques gouttes s'infiltraient par une couture de la tente. Pas de quoi noyer un crocodile, mais bon, nous voulions passer les dernières heures au sec. On déplace donc la tente sous un des abris. On sait maintenant pourquoi il y en a partout !

Après cette nuit agitée, nous partons à pied vers le Parc Cahuita. Le sentier longe la plage, bordée de cocotiers et prolongée par la forêt tropicale. J'ai vraiment envie de voir un paresseux et pendant plus d'une heure, nous marchons les yeux levés, trébuchant de temps à autre sur des racines.

Mais notre obstination sera payante, car un paresseux et son bébé se montrent enfin. Il faut dire qu'ils sont difficiles à remarquer, leurs masses sombres ressemblent étrangement aux termitières présentes dans les arbres.

Pus loin, nous croisons des singes hurleurs, plus petits que la race du pacifique, singes capucins et un bébé raton laveur. La chaleur est encore au rendez-vous et un bain s'impose. La mer est plus fraîche et moins mouvementée que de l'autre côté du pays. Les eaux translucides nous tendent leurs bras.
Les 9 km parcourus, il faut bien rentrer. Nous allons emprunter les transports locaux pour la première fois. Et nous ne serons pas déçus du voyage. 5km de route, lancés sur les nids de poule avec du  reggae, volume à fond. Quelle rigolade ! À faire à tout prix.

Nous quittons le village pour Puerto Viejo de Talamanca. Nos heures de marche dans les jambes, nous mangeons très tôt et nous couchons aussi vite sous une pluie battante. Mais cette fois, nous nous sommes bien installés à l'abri !

 
 
 
 
 
 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu