Récit Afrique du Sud 2 - Suivez les 3 M, une famille en vadrouille

Aller au contenu

Menu principal :

Voyages > Afrique du Sud 2007
 
 

21 & 22 Septembre
Coffee Bay et Hole in the Wall


La route est longue pour atteindre la Wild Coast. Et les routes sont semées d'animaux et d'enfants qui apparaissent comme par enchantement. Nous entrons ici en territoire Xhosa, avec ses huttes rondes peintes et des visages peints en blanc selon leurs rituels. Toutes les collines sont parsemées de ces petites maisons et les animaux paissent aux alentours. Nous arrivons en bord de mer le long de falaises noires.
En soirée, des femmes du village viennent danser en costume traditionnel au camping. Leurs danses sont composées de tremblements de tout le corps, de sons et de cris, accompagnés par le rythme entêtant du tambour. Malgré ces danses, la fatigue nous rattrape rapidement.

Le lendemain nous partons vers le Hole in the Wall. Il s'agit en fait d'une formation rocheuse créée par la mer, les vagues ayant creusée une arche naturelle. Les vaches broutent sur la plage, placides.

Nous faisons un petit tour du site et en haut d'une falaise, nous découvrons, émerveillés, en banc de dauphins qui nagent le long de la côte. Nous les suivrons jusqu'à ce que le chemin s'arrête au bord d'un précipice. C'est notre première rencontre avec les animaux marins.

 
 

23 et 24 Septembre
Hamburg & Addo Elephant Park

Nous réalisons une étape à Hamburg, un petit coin perdu pour les amoureux de pêche. En effet, une belle rivière finit sa course en mer en s'élargissant sous forme d'estuaire.

La plage est sauvage avec de longs bances de sable. De nombreux oiseaux aquatiques se baladent dans le coin.

L'ambiance commence à changer avec de belles maisons donnant sur la mer et de plus en plus de  "blancs".

Le lendemain, nous partons direction Addo Elephant Park. Ce petit parc abrite de très nombreux phacochères, toujours aussi drôles lorsqu'ils s'enfuient à toutes jambes. Nous apercevons des tortues léopard, des autruches et des tsessebe. Nous verrons également 4 beaux éléphants dont 2 en train de se désaltérer. Nous nous approvisionnons également en bois mort pour faire un feu ce soir. Le garde à la sortie s'en aperçoit mais nous déjouons ses questions sous-entendues. C'est vrai qu'on n'aurait pas dû faire ça….

Sur la route vers le camping, nous voyons de plus en plus d'aloès qui fleurissent. On entre vraiment dans le printemps.

 
 

25 et 26 Septembre
Plettensberg Bay, Robber et Swellendam

Nous arrivons dans la matinée à Plettenberg Bay, une station balnéaire à l'atmosphère occidentale. Le contraste est saisissant avec les jours précédents. La côte est superbe avec toujours la chaîne du Tsitsikamma en toile de fond.

Nous décidons de partir en randonnée sur la péninsule de Robberg. Le paysage y est sublime, les rochers gris, la mousse orangée, la végétation verdoyante, les fleurs multicolores et l'eau turquoise donnent des palettes de couleur saisissantes. Au bout de 30 minutes, nous arrivons à proximité d'une colonie d'otaries à fourrure.

Certaines s'ébattent joyeusement dans l'eau, apparemment sans trop se soucier de la présence de prédateur dans les fonds, d'autres se prélassent au soleil. Nous pique-niquons en leur compagnie. Nous atteignons une zone dunaire où le vent violent nous renvoie le sable au visage. Malgré la tempête, et avec l'aide de nos K-way, nous réussissons à avancer vers une petite presqu'île qui abrite de nombreux goélands. Après 3 heures, nous retrouvons l'entrée de cette réserve, qui ressemble certainement au paradis.

Le jour suivant, dernier long trajet en voiture et nous arrivons à Swellendam, village assoupi au pied des montagnes et présentant fièrement des bâtisse de style colonial hollandais. Les maisons ont toutes les façades blanches, chaulées, et des pignons typiquement  coloniaux. Après un petit tour en ville, nous nous rendons à la réserve Marloth, où nous pouvons accéder aux montagnes. Les flancs sont couverts de végétation fleurie et multicolore. De nombreux oiseaux ont trouvé refuge ici. Nous atteignons une petite cascade. L'eau est cuivrée et nous pensons qu'elle est polluée, mais nous apprendrons plus tard qu'au contraire elle est curative en raison de son cheminement à travers l'humus, qui lui donne cette couleur.

 
 

27 et 28 Septembre
De Hoop et CApe Agulhas

Nous nous rendons à De Hoop Nature et Marine réserve en matinée. Le camping étant plein, on nous propose de passer la nuit sur l'aire de pique-nique à proximité. Peu nous import tant qu'on a un emplacement.

Nous partons donc ensuite vers le bord de mer pour emprunter le sentier du littoral. Mais à peine arrivés face à la mer, nous apercevons du mouvement dans l'eau. Et nous voyons ainsi notre première baleine, tout émus.

C'est que nous ne nous attendions pas à en voir pas la suite le long du rivage des dizaines et des dizaines. Une profusion de baleines à à peine 100 mètres de nous, qui tournent, soufflent, claquent de la queue et surveillent leur baleineau. Des instants magiques. Nous resterons là à lézarder sur la plage et à les observer. En soirée, quelques animaux se promènent aux abords du campement, des damans, des bonteboks, des ibis et des autruches, peut-être pour observer le magnifique coucher du soleil sur la rivière ?

Le lendemain, nous quittons ce havre de paix pour la région du Cap Agulhas. Arniston nousa accueille avec ses bateaux de pêches colorés sur les eaux turquoise, la grotte formée par la mer et là encore des baleines. Nous continuons vers le point le plus au sud du continent africain,  le Cap Agulhas et son phare, limite officielle entre l'océan indien et l'atlantique. En soirée, nous arrivons à Hermanus sous l'orage.

 
 
 
 
 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu