Panglao Bohol - Suivez les 3 M, une famille en vadrouille

Aller au contenu

Menu principal :

Voyages > Philippines 2013


ILES DE PANGLAO ET BOHOL

 
 

Vendredi 18 et Samedi 19 Janvier
De El Nido à Cebu City

Vendredi, nous empruntons le chemin inverse de celui parcouru une semaine plus tôt, afin de rentrer vers Puerto Princessa.Nous passons la fin de jounée dans notre hôtel, situé à 200m de l'aéroport. Le soir, c'est dans un bar live branché que nous dînons.

Le lendemain Samedi, nous nous envolons pour Cebu City, nous allons passer l'après-midi, pour essayer de profiter du Festival Sinulog qui a lieu actuellement. Nous prenons des renseignements sur les festivités auprès de l'hôtel, mais les réceptionnistes ne semblent pas très à l'aise avec le programme. La seule chose que nous tirons, c'est qu'un feu d'artifice aura lieu le soir près du SM Mall.

Nous voilà donc partis pour nous rendre dans un énorme centre commercial, où la vie y est débordante, bruyante... je ne supporte déjà pas les centres commerciaux français, mais alors là, c'est le niveau au dessus. On a presque du mal à se déplacer dans les allées. Nous en profitons cependant pour retirer de l'argent pour la suite du voyage et pour réserver notre bateau pour le lendemain.

Le soir, la foule se presse de façon incroyable, près du Mall, pour assister au feu d'artifices. Celui-ci doit avoir lieu à 19h, mais il ne sera finalement tiré qu'à 20h. Le feu est annoncé comme une "compétion internationale". Nous sommes pourtant décu, ce n'est pas du tout plus grand que le feu d'artifices de quartier que nous avons parfois chez nous l'été. Nous sommes d'autant plus déçu que décidément la ville ne nous plaît pas. Nous avons hâte de quitter tout ce bruit demain matin.

 
 

Lundi 20 Janvier
Ile de Panglao

Nous prenons le bateau tôt, à 6h, car nous avons hâte de quitter Cebu et de profiter de la suite de notre voyage. Nous arrivons à Tagbilaran, d'où nous prenons un taxi pour notre hôtel à Panglao.

L'hôtel offre la locaton de moto dans son prix. Nous décidons d'en profiter aussitôt, en nous rendant au Tarsier Sanctuary de Corella.
Sur le parcours, nous faisons un arrêt à la plage d'Alona, qui sera bientôt notre "quartier général" pour nos repas du soir.

Puis nous prenons la direction de l'église espagnole de Dauis, et son beau clocher séparé. Ces bâtisses masisves ont été fortifiées afin de résister à la fois aux pirates, aux maraudeurs, mais aussi aux tremblements de terre très fréquents dans ce pays.

La côte entre Panglao et Tagbilaran reflète l'activité principal des locaux, à savoir la pêche ou tout ce qui touche à la mer. Les villages de bord de mer sont souvent constitués de maisons sur pilotis, au dessus de la zone intertidale.

 
 

Tarsier Sanctuary

Nous reprenons la route, à travers les rizières, vers le sanctuaire des tarsiers. Le site est assez isolé, et c'est accompagnés d'un guide que nous partons à la recherche des petits primates.

Nous avions peur de ne pas pouvoir les apercevoir, les animaux sauvages ne venant pas sur commande. Mais nous sommes étonnés d'en voir 6 en à peine 30 minutes. En fait, les tarsiers sont en semi-liberté, ils vivent dans un habitat naturel assez vaste, mais cependant cloisonné du reste de la forêt.

En plus ces animaux se déplacent la nuit, chassant insectes, serpents ou chauve-souris. Mais la journée, ils dorment tranquillement à l'abri de la végétation.

Les guides n'ont ainsi qu'à les chercher chaque matin, les animauxne bougeront pas de la journée.

Ces craquantes petites bêtes ne sont pas plus grosse qu'un poing, leurs yeux sont bien plus gros que leur cerveau, et des pattes, particulièrement les jambres, très allongées.
On a qu'une envie, les prendre dans les bras pour leur faire un câlin. Mais non ! cela restera un fantasme, il est hors de question de toucher ces animaux sauvages.

 
 

Lundi 21, Mardi 22, Mercredi 23, jeudi 24
Plongées autour d'Alona Beach et Balicasag

Nous nous inscrivons pour 4 jours de plongée auprès de PrAna, club d’activités sportives situé dans un parc botanique à la sortie d’Alona Beach. L’accès au bateau se fait directement depuis le petit embarcadère du parc. Laurent, Yohanna et Jean Michel sont au petit soin pour nous. Il faut dire que nous sommes les seuls clients de la semaine.

Au cours de ces 4 jours, nous aurons l’occasion de parcourir deux sites importants, le tombant d’Alona Reef et lîle de Balicasag.

Les sites sont riches en coraux durs et mous et nous recherchons la petite faune qui souvent s’y cache, crabes, nudibranches, crevettes… La visibilité est bien meilleure qu’à Palawan.

Nous vivrons plusieurs expériences inoubliables, comme par exemple la rencontre avec de très nombreuses tortues à Balicasag, en particulier une rencontre insolite (un baiser ?) entre 2 tortues. Nous faisons également une fluo dive, plongée de nuit équipés de lampes bleues, activant la bioluminescence des espèces sous marines, rendant les espèces habituellement camouflées d’un coup visibles et fluo, dans une ambiance psychédélique.

Le troisième jour, nous irons à la découverte d’une petite épave récente (environ 1 an), ce qui est pour moi une première sur épave et à cette profondeur (36m). Les poissons l’ont déjà colonisée (en particulier un poisson crapaud), mais les coraux ne sont pas encore accrochés, on peut même s’assoir dans le siège du capitaine !

Le dernier jour, sur le site de Balicasag, nous vivrons un moment unique en compagnie d’un immense banc de carangues. Alors que nous nous trouvons au milieu, encerclés par ce banc, un bruit énorme retentit et tout le banc s’affole dans un mouvement collectif. Les carangues nous frôlent le visage, avant de se calmer et de reprendre leur formation. Nous ne saurons jamais ce qui les a effrayés, (en tout cas moi j’ai tout de suite imaginé l’attaque d’un requin, de quoi bien flipper), mais certainement le son était en fait le bruit de ce grand mouvement collectif soudain, parvenu à nos oreilles juste avant qu’on ne voit le déplacement du banc (la vitesse des ondes sonores sous l’eau étant environ 4x plus rapide que dans l’air). Mais qui sait, il y avait peut-être bien un requin :-) ?

 
 

Vendredi 25 Janvier
Baclayon, Loboc, Chocolate Hills, Tubigon

Ce dernier jour, nous décidons de traverser le centre de Bohol et de passer notre dernière nuit à Tubigon, ce qui nous rapproche de Cebu, d’où nous prendrons l’avion de retour en France demain (sniff).
Nous utilisons les services d’un chauffeur-guide, qui va nous emmener de sites en sites, en tout cas ceux qui nous intéressent, à savoir l’église de Baclayon, la rivière Loboc et les chocolate hills.

La belle église de Baclayon et ses portes en bois majestueuses est l’exemple parfait des églises massives coloniales espagnoles, construites en pierre de corail. Les bâtiments alentours sont aussi bien conservés, et l’on peut admirer les fameux volets en coquille de capiz (huitre plate) absolument magnifiques.

Vers 11h, nous arrivons à Loboc, où là aussi l’architecture est remarquable. Mais c’est aussi le lieu de départ des parcours en bateau sur la rivière. Malheureusement, la seule possibilité de visite (nous n’avons pas le temps de faire du kayak) s’avère être un bateau repas, avec chanteur à bord. Il sera pour nous impossible de s’immerger quelque peu dans l’ambiance naturelle du site, car entre notre bateau bruyant et la dizaine d’autres qui parcourent la rivière, on a du mal à profiter du paysage….

Nous repartons ensuite direction les Chocolate Hills, en montant peu à peu dans le centre de Bohol. Nous atteignons le point de vue. Nous adorons cette vue imprenable sur ces monticules de roches coralliennes, un paysage assez unique en son genre. En route vers Tubigon, nous continuons notre traversée des ces montagnes, jusqu’à atteindre la côte ouest de l’île. Notre chauffeur nous quitte à Tubigon, dès que nous trouvons notre hébergement. La ville offre quelques belles façades anciennes, quand on emprunte la petite rue qui longe les maisons sur pilotis. Les gens sont toujours aussi souriant, et c’est déjà un peu nostalgiques que nous profitons de cette dernière soirée aux Philippines, en mangeant des… brochettes de poulet, bien sûr !!


Nous quitterons le pays avec une seule pensée, Y REVENIR !!

 
 
 
 
 
 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu