Rwanda - Suivez les 3 M, une famille en vadrouille

Aller au contenu

Menu principal :

Voyages > Rwanda Kenya


RWANDA

 
 

Lundi 7 Octobre
Route de Kigali à Musanze, Lacs jumeaux Burera et Ruhondo

Après une arrivée sans histoire à Kigali, nous découvrons la capitale, frénétique mais aménagée de longues artères sur les nombreuses collines, qui rendent la ville plus aérée.

Nous rencontrons ensuite Aimable, notre chauffeur guide du TO Magic Safari, qui va nous accompagner pendant ces 3 petits jours au Rwanda. Il parle parfaitement français, comme de nombreux Rwandais, héritage de la colonisation belge. Par contre la nouvelle génération préfère parler en seconde langue l’anglais.

Nous partons en direction du Nord Ouest, vers Musanze. Nous traversons des paysages apprivoisés par l’homme, mais de toute beauté : des collines à perte de vue, sans discontinuer, couvertes de plantations, café, thé, pyrethrum (insecticide d'origine végétale), bananes, haricots rouges, sorgho, pommes de terre. Un patchwork sublime de formes et de couleurs.

Le pays est très vert et très propre. Nous en sommes très surpris, habitués à voir tant de déchets plastiques traîner le long des bords de routes et des rivières. Mais ici, le gouvernement a pris les choses en main. Depuis plusieurs années, l'utilisation et la vente de sacs en plastique est formellement interdite au Rwanda, et les contrevenants risquent la prison. Même à l’arrivée à l’aéroport, il est formellement interdit de pénétrer avec des sacs plastiques… En tout cas la méthode fonctionne.

Tout au long de la route, nous faisons de très nombreux arrêts pour découvrir des scènes de vie locale et agricole très fortes.

Nous arrivons ensuite à l’approche des volcans, qui se dressent somptueusement au dessus de tout. La chaîne des Virunga est composée de huit volcans, mais nous n’en apercevons seulement 5 depuis le Rwanda, dont le plus haut, le Karisimbi, culminant à 4507m.

La fin d’après-midi nous permet de découvrir de beaux points de vue sur les lacs jumeaux, Burera et Ruhondo, le tout sous un ciel menaçant. Un bel arc en ciel pointe le bout de son nez avant que l’orage de craque, passant au bout d’une heure.

Il est temps pour nous d’aller nous relaxer à l’hôtel, situé à Musanze (ex-Ruhengeri).

 
 

Mardi 8 Octobre
Rencontre avec les Gorilles


C’est le grand jour !! Lever 6h sous le soleil. Les volcans sont dégagés, annonçant de bonnes conditions pour la rencontre avec les gorilles. 19 familles de gorilles vivent sur les flancs des volcans du parc, dont 10 peuvent être mis en contact avec les humains. On nous attribue la famille Sabynio, composée de 15 membres. La famille est dirigée par le Dos Argenté le plus vieux et le plus gros du monde : 43 ans et 230 kg ! Nous aurons aussi peut-être la chance d’apercevoir le dernier-né de la famille « Ganza », qui n’a même pas 1 an.


Nous avons de la chance, car notre guide est François, le guide le plus expérimenté du parc. Avec une expérience de 35 ans parmi les gorilles, il a travaillé avec Dian Fossey, et surtout il connaît très bien le mâle dominant « Guhonda » qu’il côtoie depuis le plus jeune âge de celui-ci.

Nous faisons quelques kilomètres en voiture pour nous nous rendre au parking d’accès au sentier menant à la famille Sabinyo. Les gorilles se déplaçant peu, leur terrain de « jeu » reste donc sensiblement le même au fil du temps. Après 1h30 de marche à travers une imposante végétation de bambous, nous arrivons à proximité des gorilles. Notre guide est en permanence avec les pisteurs qui passent la nuit à proximité du groupe, à la fois pour savoir où ils sont et nous y  mener, mais aussi pour les protéger du braconnage. A 100 mètres des animaux, nous devons laisser derrière nous nos sacs à dos, nous emmenons juste nos appareils photos !

Nos cœurs battent à tout rompre. La rencontre est imminente. Nous approchons jusqu’à voir les premiers membres, des gorilles juvéniles qui jouent dans les bambous. Peu farouches, ils s’approchent de nous, faisant des galipettes dans les branches. Leur déplacement attire une femelle qui vient les surveiller. Quelques minutes plus tard, un mâle à dos argenté s’approche. Il s’agit du dominant qui vient voir ce qui se passe. Les petits nous abandonnent et le mâle prend leur place, nous présentant son dos massif. Il finit par se retourner et commence à chercher des bambous à manger. Sans succès, le menu à cet endroit ne lui plaît pas.

Branle bas de combat, il décide de se déplacer, se dirigeant tout droit vers nous. Notre guide François nous donne l’ordre de nous assoir doucement au sol et de ne pas le regarder dans les yeux. Il est déjà sur nous et nous avons à peine le temps de nous écarter pour le laisser passer au milieu de notre groupe !  Le moment est intense. Nous nous montrons soumis, face à cet animal de 230 kg, imposant. Il passe sans nous regarder, et s’arrête quelques mètres plus loin.

C’est alors un déménagement général, le reste de la famille arrive et le suis, passant à travers nous de partout : les adultes passent tranquillement, les petits, plus dissipés, courent…. Parmi eux, un deuxième dos argenté passe, imposant lui aussi par sa stature, qi frôle Mathieu, dont les poils se dressent. C’est le seul cas au Rwanda de famille gorille ayant en son sein deux mâles dos argentés. Mais seul le vieux mâle « Guhonda » domine. Son grand fils attend son tour, ou finira peut-être par partir avec une partie du groupe, pour fonder sa propre tribu.

En attendant, toute la famille s’installe face à nous pour se nourrir, se relaxer, jouer. Leurs attitudes et leur mimiques sont craquantes, si proches de nos comportements humains. Le gorille est après le bonobo et le chimpanzé, du point de vue génétique, l’animal le plus proche de l’humain. Cette parenté a été confirmée par les similitudes entre les chromosomes et les groupes sanguins. Notre génome ne diffère que de 2 % de celui du gorille.

Nous passons de longues minutes à admirer les juvéniles jouer avec une femelle juste en face de nous. Notre guide et le pisteur « discutent » avec le groupe, à force de grognements, sifflements, et autres ahanements …. Chaque son a sa signification : bonjour, tout va bien, je ne suis pas une menace, laisse moi tranquille. Notre guide François nous en fait la démonstration, nous apprenant à les reproduire, surtout le dernier qui pourrait nous servir si un gorille décide de nous emmener dans la famille...

Nous apercevons également rapidement « Ganza », le petit dernier, de 7 mois, bien protégé par sa maman. Alors qu’il commence quelques facéties en nous voyant, sa maman le ramène vite sous le couvert végétal.

Le mâle dominant se déplace et nous contournons le groupe pour nous retrouver à nouveau face  lui. Il est impressionnant. Sa stature de mâle dominant est incontestable. Il est accompagné de 2 de ses fils juvéniles, dont « Big Ben », reconnaissable à son crâne chauve, malformation de naissance. Ils font un bon repas de bambous ensemble. A voir la façon dont les bambous sont déchirés et avalés en quelques secondes, nous n’avons aucun doute sur la force de ses animaux.

Cela fait maintenant 1h que nous sommes sur place. Notre guide nous demande alors de faire nos adieux, une dernière photo, et de le suivre pour quitter la famille, qui va pouvoir passer le reste de la journée tranquille. En effet, les règles sont strictes : 8 personnes pendant 1h maximum par famille et par jour. Nous laissons donc les Sabinyo vaquer à leurs occupations de gorilles et nous reprenons le chemin du retour…



Quelques moments volés, parmi notre heure passée en compagnie de la famille de gorilles SABYINYO.

 
 


Que dire de cette expérience ? C’est juste fascinant et très émouvant de regarder ces gorilles, eux-mêmes nous scrutant, avec une certaine familiarité dans les yeux. Une rencontre de la force tranquille, pour des animaux pourtant en grand danger. Nous sommes très heureux d’avoir pu rencontrer 15 des quelques 900 gorilles de la planète. Et d’avoir ainsi œuvré à leur protection. Cette rencontre restera gravée à jamais dans nos esprits et nos cœurs.

C’est la tête remplie d’images que nous redescendons  sur terre  au pied du volcan, sans avoir vraiment à l’esprit de profiter des paysages magnifiques qui nous entourent.

Même après avoir quitté le parc et notre guide, nous avons encore du mal à profiter pleinement de la visite d’un village culturel, où une présentation des traditions rwandaises nous est offerte. Danses, cérémonie royale, tradition médicinale, métiers d’antan. Tout est beau, rythmé, coloré, mais semble pourtant factice après cette démonstration de force tranquille de la part des gorilles.

La parenthèse magique s’estompe cependant peu à peu que nous reprenons la route pour Kigali. La réalité humaine nous reprend, avec à la tombée de la nuit, une crevaison de notre véhicule tout terrain. Et la clé en croix qui permet de desserrer les boulons est fendillée. Impossible de remplacer la roue… enfin ça aurait été le cas sans l’aide bienvenue d’autres usagers de la route qui aident Aimable, quelque peu contrarié. Nous arrivons à Kigali de nuit.

 
 

Mercredi 9 Octobre
Mémorial du Génocide Rwandais

Le dernier moment d’une rare émotion a lieu ce matin, pour la dernière étape de notre « escale » rwandaise. Mais il s’agit là d’un sentiment de tristesse infinie. En effet, avant de  quitter le pays, nous visitons le Mémorial du Génocide Rwandais, qui relate les causes, les actes et les suites du génocide qui s’est produit en 1994 et qui a fait près d’1 million de victimes en seulement 4 mois !! C’est impossible de décrire par les mots l’émotion qui nous serre le cœur à la visite du Mémorial, surtout qu’on y retrouve bien mis en avant le rôle très ambigus du gouvernement français de l’époque.

En tout cas, cette visite nous rappelle qu’il faut toujours rester éveillé face aux menaces et aux propagandes fascistes ou extrémistes qui gangrènent nos sociétés et qui mènent au chaos… et nous montre que jamais les leçons ne sont tirées définitivement du passé.

 

Et nous avons l’estomac noué quand Aimable, notre guide, nous révèle ce que sa famille a subi au cours de ces évènements…. C'est sur cette note difficile que nous devons quitter notre super guide, qui nous aura accompagnés pour cette courte étape avec gentillesse, chaleur et professionnalisme.

Toutes ces émotions rwandaises se bousculent dans notre tête, alors que nous prenons notre envol pour le Kenya. En tout cas, un pays à découvrir à tout prix, qui se révèle être une petite pépite et qui aurait mérité qu’on y reste bien plus longtemps!


 
 
 
 
 
 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu