Sintra - Suivez les 3 M, une famille en vadrouille

Aller au contenu

Menu principal :

Voyages > Portugal 2016


Sintra, folie dans la brume


Nous découvrons le village de Sintra sous les nuages, pris dans la brume. Mais ici ce n’est pas une exception. Au cours de nos 3 journées ici, nous serons toujours blottis dans la brume, sous un taux d’humidité variant entre 98% et100%. Quelle variation, n’est-ce pas ??

Du coup l'atmosphère y est irréelle. Les petites rues sont comme des chemins ouvrant vers des découvertes cachées. Les murs sont couverts de mousse, cachant des maisons plus magnifiques les unes que les autres.


Du coup, la nuit, le village est encore plus fantastique. Les éclairages et bâtiments illuminés se détachent sous des halos dans les nuages, les statues deviennent fantômes, l’atmosphère passe de la réalité à un monde fantasmagorique légèrement inquiétant. On entend les oiseaux, l’eau couler, et finalement on se sent en paix.


Palais de Peña


Nous nous rendons dès l'ouverture à l'entrée basse du Palais de Peña. Il pleut, Maxou est emmitouflé dans son porte bébé, les gardiens nous regardent un peu comme des fous : "il y a au moins 30 minutes de marche pour monter au château". Même pas peur, 30 minutes c'est rien !! Et nous ne regretterons pas ce choix. Nous aurons le parc du Palais rien que pour nous ! Sous la pluie, les feuilles brillent, les arbres s'égouttent, les mousses sont plus vertes que jamais. Nous admirons la vie végétale incroyable qui a été imaginée ici. Nous remontons tout d'abord de petits étangs artificiels, puis longeons des chemins bordés d'espèces végétales venues des 4 coins du monde. La folie de Sintra se découvre également dans la richesse de ses parcs.


Nous finissons par atteindre le sommet de la colline, où se tient le Palais. Nous passons une porte cochère. Celle-ci, démesurée, annonce la visite qui nous attend ! Des décors extérieurs influencés par les styles mauresque, baroque, gothique, renaissance,manuélin et bavarois. Ou comment ajouter de la folie à la démesure !

Le Palais est coloré. Finalement Disney n'a rien inventé, il s'est juste inspiré de lieux complètement fous existants déjà !

L'intérieur est tout aussi riche, mais plus classique, avec son enfilade de pièces, salles de séjour, chambres, bureaux, boudoirs, cabinets, bibliothèques, patios, escaliers, chapelles ... allez j'arrête là mon énumération... Il y en a tellement !


Parc de Monserrate


Comme toutes les autres folies de Sintra, le Palais de Monserrate hébergeait de riches occupants venus passer l'été en compagnie de l'aristocratie et de la haute bourgeoisie de Lisbonne. Mais Monserrate offre la particularité d'un décor de style arabisant, moins fréquent à cette période pourtant folle du 19° siècle.

Le Palais n'a rien à voir avec celui de Peña. Beaucoup plus petit, on a l'impression ici d'être dans un petit refuge de campagne. De jolies terrasses encerclent ce petit bâtiment. L'intérieur réserve une magnifique surprise, ses arcades de style arabe en dentelles de pierre dans le couloir qui traverse le palais.


Des jardins de style anglais forment un écrin végétal à ce petit joyau. Laissé semi-sauvage, le parc offre un parcours à travers les espèces méridionales et européennes. Cascades, bassins, ruines, ponctuent la visite pour ne jamais ennuyer le regard.

Même en hiver, les fleurs s'épanouissent et les plantes déploient ici leurs plus belles parures !



Couvento dos Capuchos (couvent des capucins)


Nous visitons ce petit couvent, taillé dans la roche, façon habitat troglodyte. Cette visite est juste incroyable. « Incroyable » au sens littéral du terme. Comment croire que des personnes sensées, de plus certaines volontaires, aient pu vivre ici. Le couvent est composé d’une douzaine de cellules, dont les portes font à peine 1 mètre. Il faut se baisser partout, monter des petites marches, se rebaisser, manger par terre…. Ces postures d’humilité ont dû être difficiles à supporter.  Je ne peux me défaire d’une sensation de gêne, celle qui vous colle à la peau quand quelque chose vous dérange.   Et ici, je me sens dérangée dans ma capacité à comprendre l’homme et la religion.

Heureusement, quand on sort des petits bâtiments, l’environnement de rochers, forêt et fleurs est plus agréable, et on comprend le choix de ce lieu pour la recherche de la tranquillité et de l’isolement. Seuls les oiseaux et le bruit des feuilles peuvent perturber le recueillement des visiteurs, car le couvent n’est plus utilisé depuis le 18° siècle.

 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu